Menu

Silent Territory

sélection internationale Curateur : Mohamed Thara

Halida Boughriet (France – Algérie)

Check & Mat, 2013-2014 I Performance réalisée à ICI, PARIS & au CENTRE POMPIDOU, CINEMA 1 / ICI-Paris.
Série photographique numérique couleur.
Cette série «Echec et Mat» est conçue autour d’un dispositif électrique dans le cadre d’une performance/installation. Engagés dans la dureté d’un quotidien, ces protagonistes issus de l’immigration de souche comparés à celle des générations suivantes semblent parfois se confronter à eux mêmes… témoignant de leur exil qui renvoie à l’image d’un passé et d’un présent.
The “Checkmate” series relies on an electric light device taking place in a performing installation. All of them being unveiled, concealed or taken by surprise, on the threshold of light or darkness. Involved as they are in the harsh humdrum of their lives, those immigrant heroes from algeria of the first generation confront their vision to the younger generations, but do also confront themselves, bearing witness to exile and to visions and memories of the past.

Edgar Endress (Chili – Etats-Unis)

How to Make It Rain, 2016 | Noir & Blanc | Stéréo | 8 min 47.
La vidéo est structurée autour de la croyance des Quechuas, qui dit que pour faire pleuvoir, il est parfois nécessaire d’aller sur un ‘Pacheta’ (pic élevé) pour y faire brûler du fumier de lama. La vidéo est une exploration poétique.
The video is a poetic exploration of the ongoing struggle of “man” in the Andes confronting the forces of nature, but also the debris of a Spanish colonial system that acts as a reminder of an imposed instrument of control over the traditional form of living of indigenous groups in the Andes. “How to make it Rain” attempts to amalgamate a poetic narrative of daily life and the interrelation to nature, labor and memory .

Randa Maroufi (Maroc - France)

Stand-by Office, 2017 I Couleur | Stéréo | 13 min 20.
Un groupe de personnes dans un environnement de bureau. Des gestes quotidiens de travail sont observés dans tout le bâtiment. Rien ne semble être déplacé. La caméra circule continuellement et change progressivement notre perception de cet espace.
On se pose la question : qu’est ce que signifie ce bureau pour ce groupe de personnes ? «We Are Here» est un groupe de réfugiés à Amsterdam qui ne reçoit aucun logement fourni par le gouvernement, mais ne peut pas non plus travailler. Le groupe a décidé de rendre visible la situation inhumaine qu’ils doivent vivre, en ne se cachant plus, mais en montrant la situation des réfugiés qui sont «en dehors de la loi» aux Pays-Bas.
The video introduces a group of people within an office building. As an inventory of everyday office work gestures, we see among others a receptionist on the phone, a man in his office sorting files, a work meeting... Gradually unusual new situations occur and change our relationship to this common space.

smaïl Bahri (France – Tunisie)

Source, 2016 I Couleur I Stéréo I 8 min.
Source [...] montre intégralement le processus de disparition d’une surface qui se consume, simple feuille de papier dévorée par le trou qui s’agrandit à partir de son centre. Ici le caractère expérimental n’implique aucune espèce de matériel ou de ruse technique, il s’agit simplement du phénomène de la combustion, observé un peu comme chacun d’entre nous l’a fait, fasciné, dans l’enfance.
Source [...] shows in its entirety the process of?a surface disappearing by being consumed by re – an ordinary sheet of paper devoured by a hole gradually spreading out from its centre. Here the experimental character does not imply any kind of material or technical trickery, it is simply the phenomenon of combustion, watched, just as every one of us once must have watched it with fascination when we were children.

Laura Henno (France)

Koropa, 2016 I Couleur I Stéréo I 19 min.
Dans la nuit noire, au large de l’archipel des Comores, Patron apprend à devenir « Commandant». D’ici peu, il emmènera en vedette ses premiers voyageurs clandestins vers Mayotte.
In the dark night, off the Comoros archipelago, Patron learns how to become «Commandant ». Soon he will take his first clandestine passengers to Mayotte

Ng’endo Mukii (Kenya)

This Migrant Business, 2015 I Couleur I Stéréo I 6 min.
La vidéo montre les systèmes existants qui permettent et exploitent les migrants africains qui cherchent une vie meilleure au Moyen-Orient et en Europe. Le système crée une force cyclique qui garantit que l’offre et la demande continueront de se nourrir l’une de l’autre, indéfiniment. C’est un commerce lucratif avec des personnes vulnérables comme monnaie.
This Migrant Business, shows the existing systems that enable and exploit African migrants seeking better lives in the Middle East and Europe. The system creates a cyclic force that ensures that demand and supply will continue to to feed into each other, indefinitely. This is a lucrative trade with vulnerable people as its currency.

Michael Macgarry (Afrique du Sud)

SEA OF ASH, 2015 I Couleur I Stéréo I 13 min.
Une réinterprétation poétique de la Mort à Venise, mettant en scène un homme d’Afrique de l’Ouest en Italie qui embarque pour un voyage des montagnes alpines au bord de la mer et finalement, condamné à retourner chez lui.
A poetic re-imagining of Death in Venice, featuring a West African man in Italy who embarks on a journey from the Alpine mountains to the seaside and ultimately, on a doomed voyage home.

Larissa Sansour (Royaume-Uni - Palestine)

A Space Exodus, 2009 I Couleur I Stéréo I 5 min.
La vidéo installe bizarrement une partie adaptée de l’Odyssée spatiale de Stanley Kubrick dans le contexte politique du moyen-oriental. Le film suit l’artiste elle-même dans un voyage fantasmagorique à travers l’univers faisant écho aux préoccupations thématiques de Stanley Kubrick pour l’évolution humaine, le progrès et la technologie. Cependant, dans son film, Sansour postule l’idée d’un premier Palestinien dans l’espace, et, se référant à l’alunissage d’Armstrong, elle interprète ce geste théorique comme «un petit pas pour un Palestinien, un pas de géant pour l’humanité».
A Space Exodus quirkily sets up an adapted stretch of Stanley Kubrick’s Space Odyssey in a Middle Eastern political context. The film follows the artist herself onto a phantasmagoric journey through the universe echoing Stanley Kubrick’s thematic concerns for human evolution, progress and technology. However, in her film, Sansour posits the idea of a first Palestinian into space, and, referencing Armstrong’s moon landing, she interprets this theoretical gesture as «a small step for a Palestinian, a giant leap for mankind».

Katia Kameli (France – Algérie)

Ya Rayi, 2017 I Couleur I Stéréo I 18 min.
Ya Rayi est une réflexion sur l’évolution du raï, musique populaire algérienne. En arabe, raï signifie « opinion ». Les artistes y expriment les conditions de vie difficiles et les tabous auxquels les Algériens doivent se plier. Le raï est le reflet de la culture algérienne par sa créolité musicale et textuelle. C’est une musique underground qui a modifié et mixé les codes de différents répertoires existants pour sortir des schémas établis et rendre audible ce qui socialement se murmure.
Ya Rayi is a reflection on the evolution of raï, a popular Algerian music that embodied the need for expressing the difficult living conditions and taboos in Algeria. In Arabic, raï means ‘opinion’. Through its music and textual créolité (creolity), rai is mirroring Algerian culture. It is an underground genre which has changed and mixed codes from different existing repertoires to bypass social restrictions and make what is muted heard.

Michel Plantnic (Allemagne - France)

After Triptych 1983, 2014 I Couleur I Stéréo I 13 min 27.
La vidéo s’inspire de Triptyque 1983 de Francis Bacon. Les trois peintures sont remises en scène par l’intermédiaire d’installations grandeur nature qui explorent la temporalité, les règles géométriques et les mouvements que Bacon a imaginé dans ses peintures. Mais contrairement aux personnages isolés de Bacon dont le visage se fragmente, Platnic leur restitue un visage, établit entre eux des rapports, les individus construisent leur propre espace et ce faisant, se permettent une existence renouvelée.
“After Triptych 1983“ draws inspiration from Francis Bacon Triptych 1983. The three paintings are translated into life-size installations which explore the temporality, geometric rules and movements Bacon imagined in his paintings. But unlike the dismantled faces of Bacon’s isolated sitters, the characters of Platnic have a face, constitute a relationship between them and construct their own space to enable them a re-existence.

Mathilde Lavenne (France)

Focus on Infinity, 2015 I Couleur I Stéréo I 15 min 34.
Focus on Infinity est un court métrage expérimental tourné en Norvège, un voyage initiatique en forme de fjord-movie.
Focus on Infinity is a short experimental film shooted in Norway, an initiatory journey, a kind of fjord-movie. Hypnotic, shamanic, it explores the humain being in front of nature in a swirl of matter.

Shahar Marcus (Allemagne)

Asbestos, 2017 I Couleur I Stéréo I 19 min 30.
Tourné dans la ville minière d’Asbestos, au Québec, où se trouve la plus grande mine d’amiante au monde qui n’a cessé d’extraire qu’en 2012, le film est une méditation sur l’enchevêtrement de la fragilité des corps, la non-linéarité du progrès et la persistance de la matière.
Shot in the mining town of Asbestos,Quebec, home to the world’s largest asbestos mine that only stopped extraction in 2012, the film is a meditation on the entanglement of the fragility of bodies, the nonlinearity of progress, and the persistence of matter

Simon Christoph Krenn (Autriche)

Parasitic Endeavours, 2017 I Couleur I Stéréo I 1 min 40.
Transformations simulées par ordinateur et mutations du corps humain.
Computationally simulated transformations and mutations of the human body

Remerciements : CNAP - Centre national des arts plastiques.
Le G.R.E.C - Groupe de Recherches et d’Essais Cinématographiques
CNC - Centre national du cinéma et de l’image animée, Paris
Fondation François Schneider - Centre d’art contemporain
Institut des Cultures d’Islam, Paris
Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains
Lightworks Festival Grimsby - Royaume-Uni
Spectre productions
DRC Danich Refugee Council
EYE Filmmuseum
MEC Film, Berlin